Cercle Magique Poitevin d'échange, de partage et de pratique d'inspiration wiccane, féerique, druidique... sans attachement particulier à une tradition, mais plutôt à un respect du divin et du sacré dans notre vie quotidienne.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Transcender les frontières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saraswati
Admin


Messages : 50
Date d'inscription : 13/07/2011
Localisation : Poitiers

MessageSujet: Transcender les frontières   Lun 5 Sep - 23:03

J'ai crée ce forum et ce groupe dans le but d'échanger avec des personnes intéressées par l'ésotérisme, le New Age, le Paganisme... Mais suite à une discussion enrichissante, j'ai réalisé que je faisais un peu fausse route. Vue d'extérieur, ma démarche peut sembler étrange : je crée un groupe pour me rapprocher des gens qui aiment les mêmes choses que moi et pensent un peu comme moi. Ok, c'est une façon de se faire des potes. Mais au final, c'est un peu sectaire tout ça non? C'est comme si je fondais un groupe communiste, et exclusivement communiste. Magie et Politique, c'est un peu le même combat... une affaire de convictions.

J'emploie le mot convictions, mais il est incomplet. Quand j'entends me rapprocher de gens qui ont les mêmes convictions, je me trompe, parce que ce que je veux réellement dire et faire à travers ce coven, c'est créer un espace-temps où des personnes utilisant les mêmes outils que moi, familières aux mêmes modes de divination, et soucieuses des mêmes problèmes (l'avenir de la nature, le respect du sacré), donc proches des mêmes convictions, pourraient partager et approfondir leurs liens sans honte. C'est l'idée sous-jacente.

Mais d'où vient cette idée que l'on a besoin d'un espace-temps spécial où la honte n'existe pas? Cela voudrait dire que l'on a souvent honte de soi? J'emploie un mot fort volontairement. Je n'ai pas honte de mes croyances, il ne s'agit pas de cela. Par contre, il est clair que je n'ose pas en parler comme je parlerais de toute autre chose anodine à des inconnus. Et pourtant, c'est idiot de catégoriser! C'est en catégorisant les thématiques abordables / non abordables dans nos conversations que l'on place un tabou sur certains sujets, ainsi qu'une aura de méfiance et de honte. Je ne me sens donc pas à mon aise pour parler ouvertement de ces sujets lorsque je suis en présence de personnes pleines de préjugés. Du coup, je m'exclue moi-même. Et je n'ai pas envie de cela. J'ai envie que nos convictions et nos outils divinatoires soient à présent banalisés au sein des conversations, et que dire "je vais te tirer les cartes pour t'éclaircir l'esprit" paraisse aussi anodin que "je vais te faire un bon thé pour te réchauffer". Sérieusement!

Je suis contente d'avoir crée ce groupe, et j'espère pouvoir rencontrer tous les membres qui le composent pour converser, échanger, s'unir. C'est un bon début, et on peut faire de belles choses ensemble. Mais je ne veux pas que la création de ce groupe nous rende fainéantes socialement parlant. Le coven ne doit pas constituer cet espace-temps spécial où l'on s'assume, où l'on assume ses convictions. Ce serait un moyen de substitution. Nous devons assumer ce que nous sommes, ce que nous pensons, ce que nous faisons constamment, face à n'importe qui. Sortons de la pénombre, et arrêtons de penser "un tel va me juger si je dis ça", WHO CARES!! Les groupes sociaux/culturels/ et identitaires sont souvent des moyens de libération, par opposition à une réalité frustrante et limitative. Mais rapidement, on se rend compte qu'ils deviennent des enclaves culturelles qui apportent plus un confort grégaire qu'un réel enrichissement ou une meilleure compréhension de notre environnement = du réel. J'entends par confort grégaire le fait de se rassurer ENSEMBLE (avec des gens qui partagent les mêmes valeurs) CONTRE la société, la réalité, les médias, etc. Je ne veux pas que le coven devienne une forme de couverture dans laquelle on se blottit contre le monde extérieur, ce serait un mensonge. Il doit être pleinement inclus dans le réel, et ne jamais se trouver en opposition avec le monde extérieur (comme une bulle atemporelle où l'on s'évaderait). Le coven doit être totalement intégré au monde extérieur, et pour ce faire, nous devons banaliser nos croyances, nous devons les rendre accessibles, ne pas en avoir honte. Derrière ce discours se trouve le besoin URGENT de se libérer des jugements d'autrui. Nous jugeons sans cesse notre prochain, sans même nous en rendre compte parfois. Vivre dans la peur du jugement de l'autre, faire sciemment barrage à sa liberté; ou vivre dans le présent, ne pas brider son être, le choix est vite fait. Il ne s'agit pas d'agir n'importe comment non plus, mais d'être ancré dans le présent, et juste d'ÊTRE, en pleine conscience de soi, de l'autre, et du réel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercledepoitiers.forumgratuit.org
Ghalingen



Messages : 6
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 32
Localisation : Poitiers

MessageSujet: Re: Transcender les frontières   Mar 6 Sep - 1:07

Tu as mis le doigt sur un point très intéressant en effet. La compréhension de soi de son identité et son acceptation. Nous évoluons dans un monde où nombreux sont ceux qui donnent une importance à l’image qu’ils véhiculent, jusqu’à en oublier leur réelle personnalité. Ce fameux moule dans lequel il est parfois confortable de se blottir et qui rend les choses simples n’est pourtant pas la meilleure option. Tout le monde finit par se ressembler et tout le monde finit par oublier ce en quoi il croit profondément. C’est un passage difficile d’assumer entièrement qui l’on est car comme tu l’as dit, le jugement des autres peut provoquer un certain malaise ou un sentiment de ne pas être compris.
Pourtant le simple fait d’en avoir conscience, c’est déjà le signe qu’on accepte de ne pas être comme la « norme » du moment.

Il y a de nombreux facteurs dans une vie qui peuvent nous empêcher de vivre pleinement selon nos propres convictions et cela commence par l’éducation que l’on a eu enfant. S’affirmer en grandissant et se détacher des sillons tracés par nos parents n’est pas chose aisé. Il y a aussi les personnes importantes qui ont joué un rôle dans notre apprentissage, comme des professeurs, des amis, des ennemis, …qui ont forgé notre caractère et notre réflexion. Finalement ce que nous sommes, c’est un peu ce que les autres ont révélé en nous et que nous affirmons ou non.

Il ne faut pas avoir peur, comme tu le dis, du jugement des autres et il faut aussi l’accepter. Le jugement peut être tout simplement une forme d’incompréhension de la part de l’autre. Le plus important, c’est de ne pas se mentir à soi plutôt que de préserver l’autre en lui servant ce qu’il veut entendre pour être rassuré. Car cette réaction de juger n’est autre que la traduction d’une peur de quelque chose d’inconnu ou de non maîtrisé.
Il ne faut pas avoir peur d’être jugé et même, plutôt en faire une force, s’affirmer au grand jour et ne pas s’imposer des conventions qui rassurent l’autre. Tout ceci n’est que mon point de vue, et ce dont je suis convaincue c’est qu’une bonne mise au point avec son être, une remise en question et une bonne introspection sont des éléments qui permettent de relativiser sur de nombreuses choses superficielles qui nous aveuglent et nous font nous éloigner des valeurs auxquelles nous croyons.

Tu as complètement raison lorsque tu dis qu’il faut vivre dans le présent, car c’est là qu’on est le plus près de notre réalité. Carpe Diem, c’est en suivant cette philosophie que les peurs s’effacent car en ne se souciant pas du futur on profite vraiment du moment. En ne se souciant pas du jugement à venir, on accepte ses actes, ses croyances et on les assume. Et finalement tout devient plus simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Transcender les frontières
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Longueur des frontières interdépartementales
» Supprimer les frontières "mentales" ?
» X-Files : Aux frontières du réel
» Ingénieurs sans frontières
» Transcender l'enseignement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle Magique/Coven de Poitiers :: Présentation du Cercle :: Philosophie du Cercle-
Sauter vers: